Une intervention au collège de Coulogne, près de Calais !

Animation au collège de La Feuillie (76), en 2016. Photos de Serge Acher. Merci à lui, aussi, pour le coup de main dans les ateliers ! Et à Josette Gibaux qui était là aussi, notamment pour l'atelier d'écriture de chansons ! Et à l'enseignante, engagée à fond dans la journée !

Dernières interventions en Normandie, avec des photos et des vidéos des animations avec des élèves et enseignants du collège de St-Saëns (76). Merci à Marie Baudard pour son accueil et pour ce travail de compilation et diffusion d'images !

http://colleges.ac-rouen.fr/guillaume/spip1/spip.php?article985

Atelier de lutherie "poilusienne" à Neuville-lès-Dieppe
Atelier de lutherie "poilusienne" à Neuville-lès-Dieppe
Voilà Emile, fil rouge d'une des animations
Voilà Emile, fil rouge d'une des animations
Caudebec-en Caux, le 16 janvier 2014
Caudebec-en Caux, le 16 janvier 2014
Atelier chant de Galaor, Rouen, mercredi 18 décembre 2014, 14-18… Phot. Josette Gibaux.
Atelier chant de Galaor, Rouen, mercredi 18 décembre 2014, 14-18… Phot. Josette Gibaux.

RABERAA…

pour mieux comprendre cette formule réthorico-poétique théorisée par Benoît de Cornulier, grammairien, voir le second article dans ce PDF :

http://www.normalesup.org/~bdecornulier/PoCh1.pdf

 

Voici quelques poèmes écrits par des élèves de Normandie lors de nos ateliers d'écriture autour de la Grande Guerre. Le point de départ en est le détournement par Guillaume Apollinaire de la chanson “As-tu connu Pipeau…” , comme refrain de son poème “Les saisons” :

As-tu connu Guy au galop

Du temps qu'il était militaire

As-tu connu Guy au galop

Du temps qu'il était artiflot

A la guerre

 

En 2016…

17 mai – 3e B collège de la Feuillie (76)

 

 

 

La guerre là

 

Soyons courageux

 

La guerre là

 

C’est comme ça

 

 

 

 

Les soldats partent à la guerre

 

Pour sauver leur pays

 

Les soldats partent à la guerre

 

Avec des bruits sourds dans l’air

 

 

 

 

Ils se battent contre l’ennemi

 

Les yeux en larmes de peine

 

Ils se battent contre l’ennemi

 

Pour sauver leur pays

 

Brivaëlle

 

 

 

Pendant que les hommes vont au front

 

Les femmes fabriquent des armes

 

Pendant que les hommes vont au front

 

Les femmes ne s’occupent pas que de la maison

 

 

 

 

Quand les femmes fabriquent les canons

 

Les hommes explosent en poussière

 

Quand les femmes fabriquent les canons

 

Les hommes ne voient plus d’horizon

 

Morgan

 

 

 

Les soldats vont bientôt partir

 

Ils vont faire la guerre des tranchées

 

Les soldats vont bientôt partir

 

Plus d’un va y mourir

 

Manon

 

 

 

On entend le bruit des pas

 

Des soldats qui vont à la guerre

 

On entend le bruit des pas

 

Certains n’en reviendront pas

 

 

 

 

On entend le bruit des pas

 

Et je me souviens de ma mère

 

On entend le bruit des pas

 

De ma mère et de ses bons plats

 

Azuria

 

 

 

Les soldats vont bientôt partir

 

À la guerre à la guerre au tombeau

 

Les soldats vont bientôt partir

 

Certains vont y mourir

 

 

 

 

Les rats nous envahissent

 

Mangent toute notre nourriture

 

Les rares nous envahissent

 

Adieu à tous les délices

 

Mindy

 

 

 

Dans les tranchées on entend des obus

 

Les soldats portent la moustache

 

Dans les tranchées on entend des obus

 

Et les soldats tuent

 

Julien

 

 

 

On s’en va le cœur qui bat

 

À quatre pattes dans la misère

 

On s’en va le cœur qui bat

 

La mort nous tend les bras

 

 

 

 

À quatre pattes dans les tranchées

 

On pense à notre mère

 

À quatre pattes dans les tranchées

 

On est tiré comme du gibier

 

Kylian

 

 

 

 

 

Le soldat joue du violon

 

La musique éloigne le malheur

 

Le soldat joue du violon

 

Et oublie le son du canon

 

 

 

 

Le soldat joue du violon

 

Il veut revoir sa belle

 

Le soldat joue du violon

 

Et veut rentrer à la maison

 

Juliana

 

 

 

Les soldats sont en marche

 

Ils vont en guerre par bateaux

 

Les soldats sont en marche

 

Et le sang fait tache

 

 

 

 

On entend le bruit du fusil

 

Les civils en ont peur

 

On entend le bruit du fusil

 

Les soldats entendent des cris

 

Aurélie

 

 

 

On voit des gens qui crient

 

Et les familles qui pleurent

 

On voit des gens qui crient

 

Et d’autres qui s’enfuient

 

Sonia

 

 

 

Nous sommes 1000 soldats

 

Nous sommes prêts à combattre

 

Nous sommes 1000 soldats

 

Ils ne nous auront pas

 

 

 

 

Armés de notre fusil

 

Nous partons à la bataille

 

Armés de notre fusil

 

Convaincus d’y laisser la vie

 

 

 

 

Malgré le danger nous restons là

 

Nous avançons au bruit des balles

 

Malgré le danger nous restons là

 

Nous sommes 1000 soldats

 

 

 

 

Nous resterons unis

 

Grâce aux souvenirs de nos femmes

 

Nous resterons unis

 

Armés de notre fusil

 

Léa

 

 

 

On entend le bruit des fusils

 

Contre les murs et les entrailles

 

On entend le bruit des fusils

 

Pour nous la mort ou bien la vie

 

 

 

 

Les balles arrivent sur nous

 

Tous à couvert tous à couvert

 

Les balles arrivent sur nous

 

Tous à genoux !

 

Florian

 

 

 

 

On entend le bruit du fusil

 

L’odeur des copains qu’on enterre

 

On entend le bruit du fusil

 

L’odeur des copains partis

 

 

 

 

Des fois je repense à papa

 

Mais il est à la guerre

 

Des fois je repense à papa

 

Une fois rentré on l’enterra

 

Corentin

 

 

 

Les pas des soldats font froid dans le dos

 

On sait qu’ils partent à la guerre

 

Les pas des soldats font froid dans le dos

 

Ils se perdront dans les longs boyaux

 

 

 

 

Les pas des soldats font froid dans le dos

 

Amis ou ennemis nous faisons trêve

 

Les pas des soldats font froid dans le dos

 

Amis ennemis ensemble dans le même bateau

 

 

 

 

Les pas des soldats font froid dans le dos

 

Leurs leur familles pleureront leur départ

 

Mais pas de soldats font froid dans le dos

 

Mais ils doivent garder espoir il le faut

 

Lucie

 

 

 

En attendant dans les tranchées

 

Les soldats ont la peur au ventre

 

En attendant dans les tranchées

 

Les soldats iront se jeter

 

 

 

 

Les soldats derrière les canons

 

Se réfugie sous la mitraille

 

Les soldats derrière les canaux

 

Se réfugient en jouant du violon

 

Anthony

 

 

 

On risque notre peau sur le front

 

Les soldats avec leur mitraille

 

On risque notre peau sur le front

 

J’oublierais pas vos noms

 

Jordan

 

 

 

Les soldats arrivent avec le cœur qui bat

 

En voyant les morts de la guerre

 

Les soldats arrivent avec le cœur qui bat

 

Et puis ils retournent au pas

 

 

 

Les soldats arrivent avec le cœur qui bat

 

Le champ de bataille devient poussière

 

Les soldats arrivent avec le cœur qui bat

 

Les ennemis froids tirent dans le tas

 

Le Mask

 

 

 

On entend le bruit des hiboux

 

Ce soir mon ami c’est l’attaque

 

On entend le bruit des hiboux

 

C’est le temps de faire des bisous

 

 

 

 

On entend le bruit du canon

 

Nous revoici tous à la guerre

 

On entend le bruit du canon

 

Il faut ramasser des bâtons

 

 

 

Occupez vous de vos enfants

 

Beaucoup d’entre nous sont morts

 

Occupez vous de vos enfants

 

Le corps de nos amis rampants

 

Anonyme

 

 

 

24 mai 2016 – 3e D collège de la Feuillie (76)

 

 

 

J’ai eu 20 ans un soir un mercredi

 

Connu le chant de la terre

 

J’ai eu 20 ans un soir un mercredi

 

Et moi j’ai grandi

 

 

 

 

Fleur de fusil pour le combat

 

J’ai du partir à la guerre

 

Fleur de fusil pour le combat

 

J’ai dû donner mes bras

 

René-Martin

 

 

 

Je vais revenir maman

 

Pour te serrer dans mes bras

 

Je vais revenir maman

 

Tu retrouveras ton enfant

 

 

 

 

Aujourd’hui j’ai tué

 

J’ai perdu mon âme

 

Aujourd’hui j’ai tué

 

Un bonjour dut

 

Chloé

 

 

 

As-tu vu soldat

 

Toi qui a peur

 

As-tu vu soldat

 

Tes frères au combat

 

 

 

 

As-tu vu soldat

 

Et ton barda qui pèse et qui s’agite

 

As-tu vu soldat

 

Et ton barda contre tes flancs qui bat

 

Anaïs

 

 

 

Tous ces enfants

 

Qui n’auront plus que leur mère

 

Tous ces enfants

 

Qui ne connaîtront peut-être qu’un seul parent

 

 

 

 

Ils s’imaginent dans les tranchées

 

La vie que menaient leurs pères

 

Ils s’imaginent dans les tranchées

 

La vie bientôt condamnée

 

 

 

 

Tous ces enfants

 

Ne reverront pas leur père

 

Tous ces enfants

 

Pleurant pleurant

 

 

 

 

Pleurant des souvenirs joyeux

 

Comblés par l’amour paternel

 

Pleurant des souvenirs joyeux

 

D’un passé heureux

 

Amélie

 

 

 

Aujourd’hui j’ai tué un soldat

 

Il est tombé par terre

 

Aujourd’hui j’ai tué un soldat

 

Pour lui est fini le combat

 

 

 

 

Toute cette vie passée

 

Je me suis remémorer les souvenirs

 

Toute cette vie passée

 

A la guerre dans les tranchées

 

 

 

Après la guerre je serai

 

Dans les bras de ma femme

 

Après la guerre je serai

 

Un homme libre est en paix

 

 

 

 

Il faisait chaud cet été

 

Lorsque a commencé cette guerre

 

Il faisait chaud cet été

 

La fleur au fusil nous y sommes allés

 

Dorianne

 

 

 

As-tu entendu soldat

 

Le son des fusils qui claquent

 

As-tu entendu soldat

 

Mon cœur qui bas ?

 

 

 

 

As-tu entendu soldat

 

Le son de mes larmes qui coulent

 

As-tu entendu soldat

 

Le son de mes pas ?

 

 

 

 

As-tu entendu soldat

 

Le son des balles qui frappent

 

As-tu entendu soldat

 

Le son des combats ?

 

 

 

 

As-tu entendu soldat

 

Le cri de mon ami qui m’appelle

 

As-tu entendu soldat

 

Mon cœur qui bat ?

 

Salomé

 

 

 

Je crois que les généraux nous prennent pour des cons

 

Mais qui restent dans leurs trou à l’ombre

 

Je crois que les généraux nous prennent pour des cons

 

À nous mettre comme ça devant les canons

 

 

 

Fleur au fusil tambour battant il va

 

Un général pour surveiller ses jambes

 

Fleur au fusil tambour battant il va

 

Il a 20 ans un cœur d’amant qui bat

 

Julien

 

 

 

Quand un soldat s’en va-t’en guerre il a

 

Dans son sac une guitare

 

Quand un soldat s’en va-t’en guerre il a

 

Une partition dans son barda

 

Axel

 

 

 

Regarde bien là-bas

 

Toutes ces troupes qui combattent

 

Regarde bien là-bas

 

Toutes ces troupes ces soldats

 

 

 

 

Leurs semblables se font tuer

 

Seuls ou au sein d’une armée combattante

 

Leurs semblables se font tuer

 

Seuls parmi leurs alliés

 

 

 

 

Mais nous sommes aux tranchées

 

Les obus tombent sur notre tête

 

Mais nous sommes aux tranchées

 

Et l’on compte bien s’en aller

 

Antoine

 

 

 

Les soldats sur le pont

 

Arme à la main ils tirent

 

Les soldats sur le pont

 

Ils tirent au canon

 

 

 

 

Ils tirent au canon

 

Sur une citadelle

 

Ils tirent au canon

 

Depuis leur pont

 

 

 

 

Depuis leur pont

 

Il regarde cette guerre

 

Depuis leur pont

 

Il regarde cette guerre à la con

 

Thibault

 

 

 

Il nage dans l’océan ce bateau

 

De ces canons le plomb sort

 

Il nage dans l’océan ce bateau

 

Ses missiles sortent de l’eau

 

Louis

 

 

 

Un soldat part combattre

 

Il voit mourir ses camarades

 

Un soldat part combattre

 

Il entend son cœur battre

 

Thomas

 

 

 

As-tu connu le soldat tué

 

Qui s’est fait fusiller dans la plaine

 

As-tu connu le soldat tué

 

Que la vermine a rongé

 

Justine

 

 

 

As-tu vu la pluie d’obus

 

Sur la verte terre ?

 

As-tu vu la pluie d’obus

 

Sur le rouge poilu ?

 

 

 

 

As-tu entendu les cris d’agonie

 

Dans les tranchées françaises ?

 

As-tu entendu les cris d’agonie

 

Des soldats bientôt sans vie ?

 

 

 

As-tu senti l’odeur du feu

 

Sur le champ de bataille ?

 

As-tu senti l’odeur du feu

 

Des nouveaux jeux ?

 

 

 

 

As-tu touché la mort de près

 

Le commencement du désespoir ?

 

As-tu touché la mort de près

 

Dans notre pré ?

 

 

 

 

As-tu goûté le bœuf en gelée

 

Et les petits pois tout verts ?

 

As-tu goûté le bœuf en gelée

 

Et les petits pois tout prêts

 

Emma

 

 

 

As-tu connu soldat

 

Les pleurs de ta femme ?

 

As-tu connu soldat

 

Le rire de mes tracas ?

 

 

 

 

As-tu entendu soldat

 

Le bruit de ta douleur ?

 

As-tu entendu soldat

 

Le cri de tes larmes parfois ?

 

Lauriane

 

 

 

Dans le noir comme dans le froid

 

Posé là posé dans le noir

 

Dans le noir comme dans le froid

 

Tu te noies dans l’effroi

 

 

 

Sous les fracas les canons

 

Cours petit soldat cours

 

Sous les fracas les canons

 

Cours plus loin jusqu’à l’horizon

 

 

 

 

Demandes pardon

 

Pour la peine que tu as faite

 

Demande de pardon

 

Pour les coups de canon

 

Yanis

 

 

 

Regarde un peu ces soldats

 

Ces tas de corps morts entassés

 

Regarde un peu ces soldats

 

Morts dans les combats

 

 

 

 

J’voudrais vous parler d’la guerre

 

Soldats et terres éclatés

 

J’voudrais vous parler d’la guerre

 

La réunion la plus meurtrière

 

 

 

 

Y’a tous ces troufions

 

Ce que porte au fond de leur trou noir

 

 Y’a tous ces troufions

 

Qui jouent comme des cons au violon

 

 

 

Si jamais vous croisez une « gueule cassée »

 

Accompagnée de son fidèle fusil

 

Si jamais vous croisez une « gueule cassée »

 

N’hésitez pas à la saluer

 

 

 

Ceux qui sont au fond de leurs tranchées

 

Chantant en chœur leurs chansons interdites

 

 Ceux qui sont au fond de leurs tranchées

 

Toujours en train d’creuser

 

Roxane

 

 

 

As-tu revu ce petit gars

 

Qui était toujours par terre ?

 

As-tu revu ce petit gars

 

Qui était planté là ?

 

 

 

 

Il était toujours par là-bas

 

Dans le coin de la tranchée

 

Il était toujours par là-bas

 

En train de se goinfrer de rats

 

 

 

 

Et puis un jour il fut si gras

 

Il n’arrivait plus à marcher

 

Et puis un jour il fut si gras

 

Qu’on le tua par là-bas

 

 

 

 

Ses parents furent devant moi

 

Ou leur expliqua qu’il était formidable

 

 Ses parents furent devant moi

 

En pleurant dans mes bras

 

Louise

 

 

 

 

 

 

En 2013-2014…

CRED 2013 2014 Galaor Musique au fusil Bilan Collège Camus Neuville-lès-Dieppe. Le 17 janvier 2014
Textes produits par les èlèves de 3ème lors de l'atelier d'écriture avec les intervenants de Galaor et de Mme Decharnia, professeur de français :


Ça fait boum le son des obus
Et on en a vit' plein la tête
Ça fait boum le son des obus
Et on n'en peut vraiment plus


Est parti à la guerre le soldat
le doigt sur la gâchette
Est parti à la guerre le soldat,
Pour aller au combat


Nous partons la fleur au fusil,
En chantant des chansonnettes
Nous partons la fleur au fusil
Et nous serons bien hardis
Mery et Fanny


Les Allemands font cracher leur canon
Et nous on se cache comme des lâches
Les Allemands font cracher leur canon
Et nous faisons chanter nos violons


Partirons-nous la fleur au fusil ?
Grolles au pied, besace en bandoulière
Partirons-nous la fleur au fusil
Grolles et besace au sol c'est fini
Maëva


On ne sait jamais pourquoi
Les gens veulent se battre
On ne sait jamais pourquoi
Nous n'avons pas le choix


On ne sait jamais pourquoi
Il y a des guerres
On ne sait jamais pourquoi
Il y a des combats
Quentin


On est le pieds dans la gadoue
Et on est prêt à se battre
On est les pieds dans la gadoue
Et envahi par les poux


On est tous dans le caca
Et piqué par les puces
On est tous dans le caca
Et envahi par les rats
Dylan


Combattant sous la pluie
Nous maintenons nos baïonnettes
Combattant sous la pluie
Affrontant les fusils
Deïdre


Nous partons à la guerre
Tous vivants
Nous partons à la guerre
Nous finirons tous en dansant


Nous revenons morts ou vivants
De la guerre de la guerre
Nous revenons morts ou vivants
Mais nous ne sommes pas contents.
Alexandre


Les Allemands et les poilus sont bons
Et pourtant ils sont en guerre
Les Allemands et les poilus sont bons
Mais ils font sonner les canons


Les Allemands et les poilus sont bons
Mais ce sont des militaires
Les Allemands et les poilus sont bons
Car ils font aussi des chansons


Les Allemands et les poilus sont bons
Mais aujourd'hui ils sont en colère
Les Allemands et les poilus sont bons
Car ils font aussi des chansons
Laura


Entends-tu ce chant d'oiseau
Et pourtant on est à la guerre
Entends-tu ce chant d'oiseau
Et nous on n'a pas chaud


Entends-tu ce chant d'oiseau
Dans les tranchées il y a des vers
Entends-tu ce chant d'oiseau
Dis-moi quand tu trouv' de l'eau


Entends-tu ce chant d'oiseau
Les tranchées sont faites en terre
Entends-tu ce chant d'oiseau
A l'horizon y a un bateau
Hélène


Les soldats partent la fleur au fusil
Pour le champ de bataille
Les soldats partent la fleur au fusil
Ils vont se battre aujourd'hui


Les soldats creusent des tranchées
Sur le champ de bataille
Les soldats creusent des tranchées
Pour pouvoir s'abriter


Ils battent contre leurs ennemis
Sur le champ de bataille
Ils se battent contre leurs ennemis
La guerre n'est pas finie


Les alliés vont les aider
Sur le champ de bataille
Les alliés vont les aider
Pour se défendre dans les tranchées


Il y aura des gueules cassées
Sur le champ de bataille
Il y aura des gueules cassées
La guerre est déclarée


Il y aura des morts et des blessés
Sur le champ de bataille
Il y aura des morts et des blessés
Les hôpitaux sont débordés
Camille


Les soldats se font tuer
Sur le front des canons retentissent
Les soldats se font tuer
En creusant des tranchées


les soldats sont rescapés
Ils trouvent la vie plutôt belle
Les soldats sont rescapés
Mais ils sont amputés


Les soldats sont décorés
En rentrant au pays natal
Les soldats sont décorés
Pour avoir gagné.
Guillaume


Au front nous entendons le chant des canons
A la guerre nous sommes des bêtes sauvages
Au front nous entendons le chant des canons
A la guerre nous perdons nos compagnons
Yves


Les soldats jouent du Kemence
Les chanteurs jouent du saz
Les soldats jouent du Kemence
Les soldats doivent marcher
Batuhan

 

Quelques autres Raberaas, écrits à la suite d'une animation, par des élèves de Jean-Yves Le Morvan (professeur HG collège Paul Cézanne – Brignoles) :

 

 

 

Dans les tranchées ; on chantait

 

Avec atroces souffrances

 

Dans les tranchées ; on chantait

 

Sous les obus et les mortiers

 

 

 

Au milieu de tous nos fléaux

 

On partait à la charge

 

Au milieu de tous nos fléaux

 

Allongés ; le visage dans l’eau

 

 

 

On mourait la tête trouée

 

Par terre ; au milieu de nos frères

 

On mourait la tête trouée

 

Une dernière pensée pour les moments passés

 

Mattéo Meneses Marques et Gabriel Calderari

 

 

 

Nous les soldats, on n’aime pas les obus

 

Ils volent la vie de nos frères

 

Nous les soldats, on n’aime pas les obus

 

Ils ne reviendront jamais plus.

 

 

 

Ce n’est pas la soupe qui nous donne le plus faim,

 

Toujours notre ventre est vide,

 

Ce n’est pas la soupe qui nous donne le plus faim

 

Serait-ce possible d’avoir du pain ?

 

Lucile drezet et Cassandra falcou

 

 

 

Tu verra ça s’passera

 

Durant le temps d’la guerre

 

Tu verra ça s’passera

 

La victoire on aura

 

 

 

Au fond de la tranchée

 

Il y faisait froid

 

Au fond de la tranchée

 

Les cadavres s’empilaient

 

Laura Bernabo et blondie Ripert

 

 

 

Qu’est devenu le p’tit Jérémy

 

Il est tombé dans la tranchée

 

Qu’est devenu le p’tit Jérémy

 

Il s’est pris une balle de fusil

 

 

 

Il est sorti du char d’assaut

 

Pour sauver son ami Etienne

 

Il est sorti du char d’assaut

 

Et s’est prit une balle dans l’dos

 

 

 

 

Il a vu Etienne décapité

 

Alors qu’il était militaire

 

Il a vu Etienne décapité

 

La balle lui est passée sous l’nez

 

Tatyana Lafosse et Giovanni laurenzano

 

 

 

Il n’y a pas de bruits

 

Aussi fort que la guerre

 

Il n’y a pas de bruit

 

Que des coups de fusils

 

 

 

Après 4 longues années

 

Les femmes nous attendaient

 

Après 4 longues années

 

Nous avons gagné

 

 

 

Sur un air de mélancolie

 

Nous avons besoin de confort

 

Sur un air de mélancolie

 

On a besoin d’un lit

 

Naim Halima-Salem et julien Del Nero

 

 

 

Le son assourdissant des obus

 

Me fait perdre la raison

 

Le son assourdissant des obus

 

Ne m’a pas du tout plu

 

 

 

Dans le monde assourdissant des tranchées

 

Il y a des morts

 

Dans le monde assourdissant des tranchées

 

Il y a des décès

 

 

 

Nous rêvons tous d’un grand lit

 

Pour y aller tous les soirs

 

Nous rêvons tous d’un grand lit

 

Pour profiter d’un répit

 

Hélèna Pelfort et Lisa Nobre

Raberaas écrits par les élèves de St-Saëns (76)

Merci à Marie Baudard et ses collègues pour avoir poursuivi l'atelier d'écriture du lundi 17 mars 2014 jusqu'à ce résultat.

Textes écrits par les élèves de 3eA de Sotteville-les-Rouen, fin novembre 2014 :

 

 

Chants de guerre

 

 

 

Il adorait la guerre et les combats

 

Il s'amusait comme un enfant peut faire

 

Il adorait la guerre et les combats

 

Mais il fut tiré vers le bas

 

 

 

Il ne voulait pas laisser son chat

 

Qu'il aimait autant que sa mère

 

Il ne voulait pas laisser son chat

 

Et éviter les combats

 

 

 

Il voulait rester petit

 

Afin d'éviter la guerre

 

Il voulait rester petit

 

Pour ne pas mourir sous les coups d'un fusil

 

 

 

Il voulait rester chez lui

 

Pour ne pas connaître la galère

 

Il voulait rester chez lui

 

Pour éviter les fusils

 

 

 

Il n'aimait pas les tranchées

 

Car il connaissait beaucoup de morts ici

 

Il n'aimait pas les tranchées

 

Car il y était condamné

 

 

 

Il haïssait ses officiers

 

Car ils lui ordonnaient d'aller a la bataille

 

Il haïssait ses officiers

 

Car à cause d'eux il allait être tué

 

 

 

Grâce aux taxis

 

Il réussit à tuer des allemands

 

Grâce aux taxis

 

Il réussit à sauver sa vie

 

 

 

A cause des obus

 

Il fut nommé «  gueule cassée »

 

A cause des obus

 

beaucoup d'entre eux s'entretuent.

 

 

 

Clément

 

 

 

Soldats des tranchées

 

 

 

Dans les tranchées

 

On s'occupe comme on peut

 

Dans les tranchées

 

On évite de se faire tuer

 

 

 

Dans les tranchées

 

On attend, il y a des hurlements

 

Dans les tranchées

 

Il y a des tués

 

 

 

(Refrain *2) La cloche a sonné

 

Il est temps de partir, de partir a l'assaut

 

La cloche a sonné

 

Il faut y aller !

 

 

 

J'ai peur de me faire tuer

 

J'ai peur des morts

 

J'ai peur de me faire tuer

 

Si j'y vais, la France sera sauvé

 

 

 

Il ne faut pas abandonner

 

Il faut penser a sa famille

 

Il ne faut pas abandonné

 

Alors je pense à chanter

 

 

 

La boue jusqu'aux genoux

 

Je ne sens plus mes pieds

 

La boue jusqu'aux genoux

 

Boue ! Boue ! Boue !

 

 

 

On dort sur des paillasses

 

Avec les bruit des fusils

 

On dort sur des paillasses

 

Il fait froid, il glace !

 

 

 

Pan ! Pan ! Pan !

 

Voila le bruit des fusils

 

Pan ! Pan! Pan !

 

C'est le destin qui nous attend.

 

 

 

Emeline

 

 

 

La guerre vue de l'intérieur

 

 

 

Il a horreur des combats,

 

Surtout quand il y a la guerre.

 

Il a horreur des combats,

 

En lisant des mangas.

 

 

 

Il a horreur des fusils,

 

Mais pas contre les adversaires.

 

Il a horreur des fusils,

 

Mais il les aime sous la pluie.

 

 

 

Il a horreur des tranchées,

 

Quand il essaie de dormir.

 

Il a horreur des tranchées,

 

Parce qu'il y est obligé.

 

 

 

Il aurait bien voulu,

 

Ne pas aller à la guerre.

 

Il aurait bien voulu,

 

Tous leur tirer dessus.

 

 

 

Il a horreur des ennemis,

 

Surtout lorsqu'ils tuent ses frères.

 

Il a horreur des ennemis,

 

Avec leurs sales fusils.

 

 

 

Il a horreur de l'hygiène,

 

Quand il vit avec des rats.

 

Il a horreur de l'hygiène,

 

Il est rempli de haine.

 

 

 

Romain D

 

 

 

 

 

 

Départ pour la guerre

 

 

 

Je n'avais pas envie

 

De faire ma valise

 

Je n'avais pas envie

 

De laisser tous mes amis.

 

 

 

Je n'avais pas envie

 

De quitter ma famille

 

Je n'avais pas envie

 

Mais c'est pour ma patrie.

 

 

 

Je n'avais pas envie

 

D'apprendre à me battre

 

Je n'avais pas envie

 

Et pourtant c'est la vie.

Laura

 

 

 

 

 

PAUVRE SOLDAT

 

 

 

il voulait revoir bientôt,

 

ses amis proches

 

il voulait revoirbientôt,

 

sa mère, partir à Saint-Malo.

 

 

 

il ne les verra plus,

 

ses chers amis

 

il ne les verra plus,

 

il les a perdus de vue.

 

 

 

il a été adopté,

 

par une nouvelle famille

 

il a été adopté,

 

pendant tout l'été.

 

 

 

il s'est encore battu,

 

encore pour une année

 

il s'est encore battu,

 

mais il a tout perdu.

 

 

 

Arame

 

 

Il est parti faire la guerre

 

 

 

Il est parti faire la guerre

 

En laissant sa famille

 

Il est parti faire la guerre

 

Pour rejoindre ses frères

 

 

 

Il a laissé sa famille et ses amis

 

Pour aller dans les tranchées

 

Il a laissé sa famille et ses amis

 

Pour combattre ses ennemis

 

 

 

Ils se cachent dans les tranchées

 

Pour éviter les bombes

 

Ils se cachent dans les tranchées

 

Pour ne pas se faire fusiller

 

 

 

Manon

 

 

 

 

 

 

 

Il ne voulait pas

 

 

 

Il ne voulait pas y aller

 

Et pourtant il était dans la terre

 

Il ne voulait pas y aller

 

Et pourtant il y était obligé

 

 

 

Il ne voulait pas y aller

 

Et il s'est fait tuer

 

Il ne voulait pas y aller

 

Ses proches ont pleuré

 

 

 

Il ne voulait pas y aller

 

Sa vie est détruite

 

Il ne voulait pas y aller

 

Et pourtant il y était obligé

 

 

 

Océane

 

 

 

 

 

 

 

Il est parti à la guerre

 

 

 

Il est parti à la guerre

 

Pour aider tous ses compagnons

 

Il est parti à la guerre

 

Mais il n'en reviendra guère.

 

 

 

Ses amis sont tous partis

 

Et ne sont jamais revenus

 

Ses amis sont tous partis

 

Alors il les rejoignit.

 

 

 

Il adorait son pays

 

Mais il a été appelé

 

Il adorait son pays

 

Mais il y a laissé sa vie.

 

 

 

Mélissa

 

 

 

 

 

 

 

Les soldats partis combattre

 

 

 

Il restait dans les tranchées

 

Il restait la à attendre

 

Il restait dans les tranchées

 

Qu'est-ce-qu'il s'ennuyait !

 

 

 

Ils étaient là pour leur combats

 

Avec toutes leurs armes

 

Ils étaient là pour leur combats

 

Tous ces soldats

 

 

 

Ils étaient partis avec leurs fusils

 

Pour ne pas rester seuls

 

Ils étaient partis avec leurs fusils

 

Car ils étaient tous unis

 

 

 

Asma

 

 

 

 

 

 

 

La vie d'un soldat

 

 

 

Il n'aimait pas les fusils

 

Il détestait les massacres

 

Il n'aimait pas les fusils

 

Il détestait les conflits

 

 

 

Il était devenu soldat

 

Pourtant il n'aimait pas la guerre

 

Il était devenu soldat

 

Pourtant il détestait cela

 

 

 

Il aimait sa patrie

 

Il se préparait au combat

 

Il aimait sa patrie

 

Il adorait son pays

 

 

 

Il vit dans les tranchées

 

Il ne peut plus dormir

 

Il vit dans les tranchées

 

Il ne peut plus respirer.

 

 

 

Léo

 

 

 

 

 

La guerre au milieu des tranchées

 

 

 

Ils sont partis

 

Pour aller les combattre

 

Ils sont partis

 

Mais ont laissé leurs amis

 

 

 

L'ensemble des soldats

 

Est parti dans les tranchées

 

L'ensemble des soldats

 

Est parti au combat

 

 

 

Tous armés

 

Ils étaient dans les tranchées

 

Tous armés

 

Ils étaient prêts pour tuer

 

 

 

Marie

 

 

 

 

 

Il n'allait pas bien

 

 

 

il n'allait pas bien,

 

avec ses camarades

 

il n'allait pas bien,

 

quand il était à Verdun.

 

 

 

Il n'allait pas bien,

 

car il n'avait pas le moral

 

il n'allait pas bien,

 

quand il était si loin.

 

 

 

Il n'allait pas bien,

 

sans sa femme et ses enfants

 

il n'allait pas bien,

 

quand il partait loin.

 

 

 

Alice

 

 

 

 

 

La guerre

 

 

 

Je ne veux pas aller à la guerre

 

A cause de tous ces morts

 

Je ne veux pas aller à la guerre

 

Cela me met en colère.

 

 

 

Pour tous ces combats

 

Je ne veux pas aller à la guerre

 

Pour tous ces combats

 

Je préfère rester là.

 

 

 

Pour tous ces combats

 

A cause de tous ces morts

 

Pour tous ces combats

 

Je préfère rester là.

 

 

 

Camille

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour ma patrie

 

 

 

J'ai très envie

 

De partir combattre

 

J'ai très envie

 

De défendre ma patrie

 

 

 

J'ai très envie

 

D'affronter les adversaires

 

J'ai très envie

 

De tenir un fusil

 

 

 

J'ai très envie

 

De sauver les français

 

J'ai très envie

 

De tuer l'ennemi

 

 

 

J'ai été déçu

 

De voir mes frères mourir

 

J'ai été déçu

 

De voir Marc abattu

 

 

 

J'ai été déçu

 

D'être dans les tranchées

 

J'ai été déçu

 

De voir la France perdue

 

 

 

 

Mouraz

 

 

 

 

 

LES ENNEMIS

 

 

 

Les ennemis sont arrivés

 

Dans nos tranchées

 

Les ennemis sont arrivés

 

Et nous ont repoussés

 

 

 

Les ennemis sont revenus

 

Armés jusqu'aux dents

 

Les ennemis sont revenus

 

Et nous ont tous abattus

 

 

 

Les ennemis sont repartis

 

Et sont rentrés victorieux

 

Les ennemis sont repartis

 

Vivre dans leurs familles

 

 

 

Thomas

 

 

 

 

 

DIS MOI POURQUOI

 

 

 

Je ne sais pas pourquoi

 

Il est parti

 

Je ne sais pas pourquoi

 

Je reste là

 

 

 

Je ne sais pas pourquoi

 

Ils me cherchent des noises

 

Je ne sais pas pourquoi

 

Ils m'envoient au combat

 

 

 

Expliquez moi ce que je fais là

 

Je ne veux pas de guerre

 

Expliquez moi ce que je fais là

 

Moi même je ne comprends pas

 

 

 

ROBIN

 

 

 

 

 

 

 

IL NE FAUT PAS

 

 

 

Il ne faut pas

 

Partir a la guerre

 

Il ne faut pas

 

Aller là-bas

 

 

 

Il ne faut pas

 

Aller l'écouter

 

Il ne faut pas

 

Sortir de ces tranchées là

 

 

 

Il ne faut pas

 

Les regarder manger

 

Il ne faut pas

 

Tuer ces gars

 

 

 

 

ROMAIN A

 

 

 

 

 

Le Fusillé

 

 

 

Il n'aimait pas les fusils

 

Il est parti à la guerre

 

Il n'aimait pas les fusils

 

son avenir s'est assombri

 

 

 

Il n'aimait pas les fusils

 

Il est allé sur les terres

 

Il n'aimait pas les fusils

 

son corps s'est détruit

 

 

 

Il voulait rentrer

 

Car il voyait des morts

 

Il voulait rentrer

 

Car il voyait des fusillés

 

 

 

 

Il voulait rentrer

 

Car il est tombé dans la folie

 

Il voulait rentrer

 

Car il s'est tué

 

 

 

Mathilde

 

 

 

 

Je suis un jeune soldat...

 

 

 

Je suis un jeune soldat,

 

Qui dois quitter ses proches.

 

Je suis un jeune soldat,

 

Qui dois mourir au combat.

 

 

 

Je suis un jeune soldat,

 

Qui dois tuer des Boches.

 

Je suis un jeune soldat,

 

Qui dois mourir au combat.

 

 

 

Je suis un jeune soldat,

 

Prisonnier par mes adversaires.

 

Je suis un jeune soldat,

 

Qui dois mourir au combat.

 

 

 

Je suis un jeune soldat,

 

Évadé dans la nature.

 

Je suis un jeune soldat,

 

Qui doit mourir au combat.

 

 

 

Je suis un jeune soldat,

 

La guerre est loin derrière.

 

Je suis un jeune soldat,

 

Qui a survécu aux combats.

 

 

 

Quentin

 

 

 

Je ne pense à rien

 

 

 

Je ne pense à rien

 

Pour oublier la guerre

 

Je ne pense à rien

 

Mais je le vis très bien

 

 

 

Je le vis très bien

 

Et prêt pour le combat

 

Je le vis très bien

 

Je ne pense à rien

 

 

 

Kévin

 

 

 

Il aimait son pays

 

 

 

Il aimait son pays

 

Mais ne voulait pas partir

 

Il aimait son pays

 

Mais pas combattre pour sa patrie

 

 

 

Il aimait son pays

 

Il alla à la guerre

 

Il aimait son pays

 

Mais ne voulait pas quitter ses amis

 

 

 

Il aimait son pays

 

Mais ne voulait pas quitter ses proches

 

Il aimait son pays

 

Mais pas mourir pour lui

 

 

 

Il aimait son pays

 

Mais voulait rester avec sa femme

 

Il aimait son pays

 

Mais voulait rester en vie.

 

 

 

Devy

 

 

 

 

 

Soldat envieux

 

 

 

Un jour, fut un soldat

 

Qui voulait faire la guerre

 

Un jour fut un soldat

 

Qui voulait maintenant son chez-soi

 

 

 

Il était bien malheureux

 

D'être parti à la guerre

 

Il était bien malheureux

 

Et n'était pas courageux

 

 

 

Une nuit, fut un soldat

 

Qui était couché par terre

 

Une nuit, fut un soldat

 

Qui maintenant n'était plus

 

 

 

Théo

 

 

LA TRISTESSE

 

 

 

Je m'ennuie

 

Dans les tranchées

 

Je m'ennuie

 

Avec mes alliés

 

 

 

Les ennemis nous bombardent

 

Avec leurs mitraillettes

 

Les ennemis nous bombardent

 

Avec leurs mortiers

 

 

 

Il y a beaucoup de morts

Eparpillés sur le sol

Il y a beaucoup de morts

Et les familles attristées

 

Nicolas